Dora Pejačević, quintette pour piano et cordes en si mineur op.40

Dora Pejacevic (1885-1923) est compositrice croate qui bénéficie aujourd’hui d’une petite redécouverte. Cette talentueuse artiste dont la vie s’est stoppée beaucoup trop tôt (disparue à 38 ans) a laissé au monde une œuvre riche, utilisant idiomes impressionnistes et expressionnistes au sein d’un style romantique tardif en accord avec l’esthétique pictural et littéraire de son temps (l’Art Nouveau).

Issue de la bourgeoisie croate, elle commence son apprentissage musical à Budapest et ensuite à l’Institut Croate de musique à Zagreb. Elle commence à composer à l’âge de 12 ans et se perfectionne ensuite à Munich pour le violon et à Dresde pour la composition, bien qu’elle fut très largement autodidacte.

De son vivant, elle fut fréquemment jouée, de Zagreb à Londres en passant par Vienne, Munich et  Stockholm.

Dora Pejacevic meurt en 1923 après des complications liées à l’accouchement de son premier enfant.

Elle  nous laisse un catalogue d’œuvre de 58 compositions comprenant symphonie, concertos, pièces vocales,  pièces pour piano, ainsi que de nombreuses pièces de musique de chambre.

Composé durant la Première Guerre Mondiale, ce quintette en si mineur avec piano est une œuvre monumentale, pleine d’inspiration, de dépassement de soi. Un portrait sans concession de l’âme humaine, portée toujours plus haut, vers une lumière bienveillante.

Quatre mouvements:

Voici des extraits de chaque mouvement:

1) Allegro ma non troppo e con energia 

Forme sonate classique. En Si Mineur.

D’emblée, les premières mesures du premier mouvement annonce la couleur: le rythme agogique des cordes rappelle la tension et l’urgence du conflit. Ce 1er thème est loin d’être serein. C’est un  véritable appel à prendre les armes  Cette combativité sera un peu nuancée par un 2e thème (aux cordes)  allant de l’ombre à la lumière et menant à un 3e thème  plutôt clair émanant de l’agitation ambiante, non sans quelques interrogations et désirs sous-jacents.

S’ensuit un développement très bien mené, tantôt en en demi-teintes, tantôt déclamé. Les trois thèmes se retrouvent enchevêtrés,  laissant  entrevoir une lueur d’espoir rapidement balayée par une réexposition puissante, assommante, mais cette fois-ci pleine de courage et de rage.  Une brève coda conclut avec force et fièvre  ce  1er mouvement dans la nuance fortitissimo.

2) Poco sostenuto


Dans le genre du Nocturne. A B A’ B’.  En Ré Majeur.

Un Rêve. Calme et félicité. Contemplation et plénitude. Voilà les mots que m’inspirent ce 2e mouvement. Le thème chanté à l’alto, sous les accords descendants du piano passe de corde en corde avec douceur et volupté. Deux mesures « pathétiques » du piano ne parviennent pas à assombrir  paysage si doux et bienveillant.

Mais le court du rêve s’emballe quelque peu dans un passage marqué poco mosso. Le propos musical s’impatiente, comme si la clef du bonheur ne résidait pas uniquement dans un état de béatitude mais aussi à travers le désir et l’ivresse contenue.

Le songe reprend son cours mais le calme ne parvient pas à s’installer durablement. La douce agitation s’impose et finalement, comme un rêve sans fin, le mouvement se termine comme il a commencé.

3) Scherzo molto vivace


En Si Mineur

Irrésistiblement dansant, ce mouvement vif, espiègle et parfois sarcastique est l’épisode « léger » de ce quintette. Les notes volent et virevoltent, sur un rythme de valse presque endiablée. Un passage central (trio) très chanté vient calmer l’ardeur initiale, qui finalement reprend de plus belle.

4) Allegro Moderato

En Si Mineur, fin en Si Majeur.

Peut-être le plus beau mouvement du quintette. Une extraordinaire puissance expressive.  De l’ombre à la lumière. De l’acceptation en l’inexorable destin à l’espoir d’une aurore salvatrice. Grandiose. Coda Trépidante et transcendante éclatante de lumière.

Magnifique œuvre d’une écriture pianistique efficace et agréable.

Quel programme!!!  Ce quintette n’a pas à rougir devant les plus grands! J’espère avoir la chance de jouer ce bijou un jour.

Le label CPO a eu la merveilleuse idée d’enregistrer de nombreuse pièces musicales (dont ce quintette) issues de la plume de Dora Pejacevic. Les titres sont disponibles sur presque toutes les plateformes. Croyez-moi, elle en vaut vraiment la peine!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s